Accueil > Blogue > Tranche de vie > La force du courtage immobilier au féminin

La force du courtage immobilier au féminin

12 mar. 2021


Cette semaine marquait la journée internationale des droits des femmes, et dans la cadre d’une série d’articles traitant de l’immobilier au féminin, nous nous sommes entretenus avec de nombreuses femmes du milieu. Leur vécu et leurs expériences démontrent, contre toute attente, que le monde de l’investissement et du courtage immobilier a fait bien du chemin sur la question de l’équité des sexes. Certes, le statut de la femme demeure précaire à différents égards, mais il est rassurant de constater qu'en immobilier, elle a réussi à se tailler une place de choix!


Les commentaires sexistes ou condescendants qui ont pu régner dans le domaine du courtage immobilier semblent s’être évaporés au gré des dernières décennies, comme c’est le cas pour une foule d’autres domaines autrefois à prédominance masculine. Bien entendu, il y a toujours des exceptions à la règle. Chaque femme étant confrontée à son microcosme professionnel, les témoignages diffèrent donc en fonction des expériences propres à chacune. Nous en avons discuté avec les femmes qui composent notre équipe.




L’image de la femme en courtage immobilier

 


À l’agence groupe sutton - synergie inc., cofondée par une femme, Louise Dubé, on y retrouve une équipe mixte des plus dynamique. Celina Machado en fait partie, et elle rappelle d'ailleurs que la famille Sutton a été introduite au Québec par le duo Christophe Folla et Julie Gaucher, une femme qui l’inspire grandement. « En peu de temps, Sutton s’est positionné au troisième rang du palmarès des enseignes immobilières d’importance au Québec », affirme Celina avec fierté. « Se lancer en courtage immobilier, c’est avant tout se lancer comme entrepreneure. Ça prend du courage et de la persévérance. »


Martin Dumont, courtier immobilier résidentiel et Celina Machado, directrice marketing


Après avoir quitté son emploi stable des dix dernières années, pour faire le grand saut en immobilier, Celina soulève que le portrait des femmes en immobilier est parfois tracé de manière péjorative, surtout dans certaines séries télévisées. « On nous bombarde de stéréotypes de filles qui concluent des transactions immobilières grâce à leur charme, alors qu’en réalité, les courtiers immobiliers de sexe féminin sont professionnelles, travaillantes, efficaces et surtout, entièrement dévouées aux projets de leur clientèle. »


Cynthia Boucher, qui travaille en tant que courtier immobilier à l’agence, remarque que les préjugés n’ont pas entièrement disparus. «Il faut se démarquer dès la première rencontre par notre professionnalisme, notre personnalité et notre transparence. Nous devons faire preuve de rigueur et de passion pour percer dans le monde de l’immobilier.»

 

Géraldine Chanloup, notre adjointe d’équipe, est quant à elle d’avis que les anciennes ont peut-être été confrontées à du sexisme, mais cette époque est révolue. « Il n’y a aucune différence à ce que je sois représentée par mes collègues hommes ou femmes lors des processus de vente ou d’achat, souligne-t-elle. Je pense que tous se complémentent : les femmes ont leurs forces et les hommes, les leurs. Ensemble, ils sont plus forts! »


Cynthia Boucher, courtier immobilier résidentiel et Géraldine Chanloup, adjointe d'équipe


Celina reconnaît de son côté que les femmes possèdent une approche empreinte d’émotions qui facilite l’établissement d’un lien de confiance avec les vendeurs et les acheteurs, mais de là à tomber dans les clichés, c’est non! Elle ajoute qu’un courtier immobilier ne se limite pas uniquement à conclure des transactions, mais qu’il agit également à titre de conseiller et parfois même, de médiateur. Et force est de constater que, règle générale, les femmes se débrouillent très bien en la matière.


Marie-Claire Laroche, qui accepte volontiers de se faire appeler « courtier immobilier résidentiel », parce que ça sonne mieux à l’oreille (rire!), vient appuyer les propos de Celina en ajoutant que les femmes ont souvent plus de facilité à visualiser les propriétés à leur plein potentiel et à verbaliser en quoi lesdites propriétés répondent aux critères des clients. Inversement, pour Cynthia, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, « chaque individu apporte des idées et des façons de travailler différentes, ce qui fait avancer le métier indépendamment des standards. »


Marie-Claire Laroche, courtier immobilier résidentiel


Profession autrefois préférée des hommes, le courtage immobilier donne aujourd’hui une place plus importante aux femmes. Cynthia nous rappelle que 43,6 % des courtiers immobiliers sont des femmes, ce qui constitue presque la moitié du bassin. « Ce n’est pas rien », nous dit-elle, confiante en l’avenir. Marie-Claire a remarqué que leur présence est en croissance. « Dans mes cours, les trois quarts des élèves étaient des femmes motivées, ayant le désir d’aider les gens. » Néanmoins, Géraldine avance, avec un sourire dans la voix, qu’il n’y aura jamais assez de femmes présentes sur le marché de l’immobilier.




Réussir en courtage immobilier : les conseils de nos expertes

 


« Que ce soit pour une femme ou un homme, il faut s’entourer de personnes de confiance, ne pas avoir peur de foncer, poser des questions et demander l’avis de ses collègues, toujours dans l’intérêt de la clientèle, recommande Marie-Claire. Le domaine de l’immobilier est en constante évolution, car chaque transaction est différente et cela permet d’acquérir sans cesse de nouvelles connaissances. »




Cynthia Boucher suggère de suivre plusieurs formations sur une base annuelle afin de rester à l’affût des nouvelles législations et réglementations. « Cela permet entre autres de mieux conseiller la clientèle au sujet de multiples aspects, tels que le financement, l’inspection et la construction. » Elle ajoute que les balados sur l’immobilier représentent également une véritable mine d’or. Les courtiers immobiliers étant souvent en déplacement, cette option s’avère pratique.


Dans le même ordre d’idées, Géraldine Chanloup lit les quotidiens et des journaux européens afin de comparer les marchés. Elle consulte également les publications de l’OACIQ, ce qu’elle recommande fortement à l’ensemble de ses collègues ou à toute personne désireuse de percer dans le métier.


En somme, pour réussir en immobilier, il faut cesser de vouloir être davantage comme les hommes, mais plutôt, tenter de se démarquer en tant que femmes, avec force et dignité! Soit, la place de la femme se fait de plus en plus prépondérante dans le monde du courtage et de l’investissement immobilier. Et bien que la parité ne soit toujours pas atteinte, le succès et la détermination de la gent féminine sont catalyseurs de changements; espérons donc qu’avant longtemps, aucun écart ne vienne diviser cette honorable profession.




12 mars 2021 


Crédit photos : Productions Showka






Partager

Martin Dumont, équipe immobilière


514-388-9333
Inscrivez votre courriel